Siège fermé fermé tous les 1er mardis de chaque mois


Extension de la réserve du marais d'Yves : Et si demain c'était votre ACCA qui disparaissait ?

  • 24 Novembre 2021

Vous souhaitez défendre la chasse et les libertés populaires ? Mobilisez-vous et envoyez vos arguments à : pref-envir-pref17@charente-maritime.gouv.fr pour participer à l’enquête publique qui se déroule du mardi 16 novembre 2021 au jeudi 16 décembre 2021.

  1. Mettre en copie l'association TUDAF asso.def.anse.fouras@gmail.com
  2. Indiquez "Je suis contre le projet d'extension de la RNN d'Yves gérée par la LPO"
  3. Expliquez vos raisons. Celles-ci pouvant être :

 

  • la disparition des territoires de chasse
  • la non prise en compte de la régulation des sangliers et des dégâts
  • l'entrave à la libre circulation des personnes et des animaux 
  • l'entrave aux activités économiques : cyclotourisme, pêche, nautisme, carrelets, loisirs de plein air, baignade etc.
  • l'entrave aux travaux d'entretiens.

 

L'immense majorité des acteurs du territoire alerte l'Etat sur ces problématiques depuis l'origine du dossier d'extension. Aucune n'a été prise en compte. À ce jour, le projet n'est pas viable. Il appartient à tout bon citoyen de dénoncer cette gabégie financière qui va coûter cher aux contribuables.

-----------------------------------

Dans le cadre de l’édification d’une digue de défense contre l’océan au sein de la réserve naturelle nationale des marais d’Yves, à la suite de la tempête Xynthia de 2010, la Fédération départementale des chasseurs de Charente-Maritime et les locaux se mobilisent pour la préservation des libertés populaires.

Ce projet de construction conduit par le département et la DREAL (Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement Nouvelle-Aquitaine), ambitionne d’agrandir la réserve naturelle nationale, de 220 à 1300 hectares. La zone va de la maison de retraite de Fouras jusqu’au restaurant La Havane aux Boucholeurs ; en revenant le long de la 4 voies jusqu’au Ball-Trap de Fouras ; ainsi que les Valines et la maison de retraite, via l’île d’Aix.

Pour défendre tous les utilisateurs de ce littoral et faire face aux multiples interdictions à venir, Serge Pichard, président de l’Association communale de chasse agréée d’Yves, Didier Roblain, maire d’Yves et plusieurs agriculteurs - propriétaires de terrain lancent l’association TUDAF (Tous Unis pour la Défense de l’Anse de Fouras).

Si l’on n’agit pas, dans un an maximum, il n’y aura plus d’activités possibles ” se rebelle Serge Pichard. Il poursuit : “de ce fait, il sera interdit de faire du bateau, de pêcher à pied, de se baigner, de se promener et de promener son chien etc. Même de ramasser des champignons… Je trouve ça absurde ! Depuis toujours nous sommes libres de jouir de cet espace, et demain il faudrait donner 8 € à la LPO pour visiter ? On en est là.

Dans les prochains jours, l’association lancera une campagne d’information, afin de sensibiliser les habitants aux enjeux de ce projet et du transfert de gestion de la réserve à la Ligue de Protection des Oiseaux. “On voudrait informer la population sur le devenir du site” explique le président. “Demain, ils vont préempter toutes les parcelles de marais, mais ils espèrent que dans quelques années, tout sera récupéré : ils souhaitent en faire une pompe à subvention. Nous devons agir !

Serge Pichard évoque un non-sens écologique. Il ajoute que “ la disparition des territoires de chasse sur cet espace serait néfaste pour la protection environnementale. Une prolifération de prédateurs comme le renard ou le sanglier engendrerait de nombreux dégâts aux cultures, et également sur les nichées d’oiseaux.

L’association organise une réunion d’information publique avec invitation à débattre, qui aura lieu le vendredi 10 décembre 2021 à 18h30 à la salle du ball-trap de Châtelaillon-Plage (remplace l’ancienne date).

Pour les contacter : asso.def.anse.fouras@gmail.com

Pour Chrisophe BOUYER, président de la Fédération départementale des chasseurs de Charente-Maritime : « Nous étions nombreux à Mont-de-Marsan, le combat continue ! Nous devons tous nous mobiliser pour dénoncer ce projet de décret liberticide qui ignore les enjeux cynégétiques, agricoles, économiques et humains. Il n’est pas trop tard pour agir, rendez-vous sur : pref-envir-pref17@charente-maritime.gouv.fr, votre avis compte, il est indispensable ! » 



Documents à télécharger